SONDAGES PRESENTATION
PRESENTATION

Boeuf Ethique - 1er Abattoir Ambulant en France

 

 

Ce site est un projet de Magnolia Programme. Il n’a pas de vocation commerciale.

 

Le but de bœuf-ethique.com est d’accompagner la lutte contre la maltraitance animal en France, à travers une solution simple d’abattoir mobile.


1er Abattoir Ambulant de Bovins en France

Afin d’agir pour améliorer le respect des animaux et réduire leur stress lors des transports et de l’abattage, Magnolia Programme a la volonté d’accompagner le premier abattoir ambulant français de bovins.

L’abattoir mobile : un concept plus respectueux de l’animal

Magnolia-Fondation s’intéresse aujourd’hui à un sujet un peu particulier : les conditions d’abattage des animaux.

 

C'est un sujet d’actualité qui fait couler beaucoup d’encre et provoque à juste titre l’indignation.

 

Même si l’éleveur organise son exploitation de façon à préserver ses animaux et à leur offrir des conditions de vie optimum, le transfert vers l’abattoir et l’abatage proprement dit se fait  souvent sans prise en compte de la souffrance animale et en une totale incohérence avec les souhaits et pratiques de l’éleveur.

 

Un élevage attentif au bien-être animal

Quand on se penche, au niveau local, sur le sort des poulets, des cochons, des moutons et des bovins, on constate qu’ils sont, pour partie, maltraités durant la période d’élevage. 

 

Pourtant, de nombreux producteurs s’efforcent de rendre leur élevage exemplaire en améliorant les conditions de vie des animaux et en intégrant des méthodes propres à l’élevage biologique.

 

Leur volonté, en adoptant cette démarche, est d’apporter le bien-être nécessaire à leurs bêtes tout au long de leur vie. Cela se traduit par une bonne alimentation, des espaces d’élevage en plein air… 

 

Le refus d’un abattage stressant, irrespectueux et terriblement long

Malheureusement, les dernières heures de vie de leurs animaux sont épouvantables et aucune alternative acceptable ne semble pouvoir se présenter.

 

A Magnolia Programme nous considérons que, si les images barbares diffusées par l’association L214 ne reflètent pas systématiquement les pratiques des abattoirs, l’abattage reste une étape cruelle incontournable pour permettre la consommation de la viande.

 

Pour les éleveurs comme pour Magnolia Programme, il est temps de proposer une solution qui réponde à la fois aux attentes des éleveurs, à l’exigence de respect de l’animal et aux besoins des consommateurs responsables.

 

Une évolution des contrôles

Si, historiquement, cet abattage devait se faire dans des lieux spécialement conçus, que ce soit pour des raisons d’hygiène, de contrôle ou de traçabilité, il n’en est plus de même aujourd’hui. En effet, Magnolia a montré que les contrôles étaient extrêmement stricts avec une identification des animaux étaient réalisés dès leur naissance. 


Ce suivi depuis l’élevage ouvre de nouvelles perspectives pour un abattage qui reste, certes, une étape difficile pour les animaux, mais qui peut être nettement écourtée afin de limiter au maximum le temps de stress. 

 

La solution de l’abattoir mobile

Il n’existe pas de “bonne solution” - et il est peu probable qu’elle existe un jour -, lorsqu’il faut donner la mort aux bêtes. Nous en sommes encore à une situation incohérente entre les soins apportés par l’éleveur, la nécessité d’hygiène et le traitement de l’animal en fin de vie.

 

“Nous ne voulons plus voir les animaux entassés dans les camions qui les emmènent à la mort.” 

S’ouvre alors une possibilité, celle de faire venir une équipe directement chez le producteur. Une équipe capable de respecter les conditions d’hygiène et de contrôle. 

 

L’abattoir mobile a pour objectif de réduire au maximum le process de mise à mort. Nous souhaitons ardemment que l’animal ne puisse plus avoir le temps de prendre conscience de sa mort imminente.

 

Cela passe par la suppression des transports dans des catastrophiques et la réduction du temps d’attente extrêmement anxiogène dans les “couloirs de la mort”. Les animaux sentent les odeurs et ressentent le danger, raccourcir le processus c’est limiter la barbarie.


Cela engendre un léger surcoût (entre 1 et 1,50 euros par kilo, soit peut-être 30 centimes de plus dans le prix du repas). Est-on prêt à payer ce surplus ? Oui, très certainement. C’est déjà possible concernant les œufs dont l’affichage indique s’ils sont issus de poules élevées en plein airou pour les produits alimentaires biologiques.

 

Si le consommateur est prêt à augmenter le coût de son panier pour des œufs de meilleure qualité, pourquoi ne le serait-il pas pour sa consommation de viande bovine issue de bêtes abattues dans des conditions plus acceptables ?
 

Objectifs  Magnolia Fondation :

  • Camion Abattoir - Opérationnel avant 2018

  • Lève  de fonds - Dette sans intérêts

  • Financement de l'outil industriel (Environ 1,5 millions d’euros)